Convention 2016


Et toujours la maîtrise médicalisée !

Par Catherine Sanfourche (Le Cardiologue n° 390 - Mars 2016)

Mis en ligne le 4-04-2016
Une nouvelle convention ne changera rien au refrain annuel de la maîtrise médicalisée que les médecins connaissent bien. Pour cette année, ce sont 700 millions d’économies qui sont attendus.

La loi de santé a mis fin au contrat pluriannuel de gestion du risque conclu entre l’État et l’UNCAM institué par la loi HPST. Désormais, la loi prévoit un plan sur deux ans fixant « les objectifs pluriannuels de gestion du risque et d’efficience du système de soins communs aux trois régimes membres de l’UNCAM », déclinant dans des programmes nationaux « les actions concourant à la mise en œuvre de ces objectifs et relevant de chacun des signataires ». Le conseil de l’UNCAM a examiné le mois dernier l’ébauche de ce plan pour 2016-2017. Compte tenu de l’ONDAM établi à 1,75 % en 2016, 3,4 milliards d’euros d’économies doivent être réalisés, dont 1,2 milliard au titre du « bon usage et de la pertinence des soins ». Sur ce 1,2 milliard, 700 millions d’euros d’économies sont attendus au titre de la maîtrise médicalisée. Pour cette année, la CNAMTS prévoit d’amplifier les actions de maîtrise existantes sur quatre thèmes : la réduction des prescriptions médicamenteuses non appropriées pour diminuer le risque d’iatrogénie chez les personnes âgées, l’incitation à recourir aux génériques, l’amélioration de la gestion et du suivi des arrêts maladie et la maîtrise des dépenses de transport sanitaire.

Comme l’année dernière, les cardiologues sont directement sollicités sur quatre postes : 70 millions d’euros d’économie sont attendus sur les statines, 40 millions sur le traitement de l’HTA, 20 millions sur les antiagrégants plaquettaires et 10 millions sur les AOD.

Pour les médicaments et des dispositifs médicaux, l’UNCAM s’appuiera sur la ROSP des médecins libéraux, le développement de la prévention (vaccination, dépistages, iatrogénie médicamenteuse), « l’amélioration du suivi des maladies chroniques (diabète, HTA) et l’efficience des prescriptions (respect des recommandations, hiérarchisation des prescriptions, prescriptions dans le répertoire ».


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP