Mai 2009


Grippe A(H1N1) : les médecins libéraux ayant des kits périmés de masques pourront s’en procurer de nouveaux auprès des hôpitaux, rassure Roselyne Bachelot

Mis en ligne le 11-05-2009

PARIS, 4 mai 2009 (APM) - Les médecins libéraux ayant reçu des kits de masques pour se protéger d’un virus de la grippe pandémique qui sont désormais périmés pourront s’en procurer de nouveaux auprès des hôpitaux, a assuré dimanche soir la ministre de la santé, Roselyne Bachelot.

La ministre a précisé que les professionnels de santé libéraux avaient reçu ces kits de masques en 2007, au cours du point presse quotidien sur la grippe A(H1N1) qui se tient depuis vendredi au ministère de l’intérieur.

Le Directeur général de la santé (DGS) et Délégué interministériel de lutte contre la grippe aviaire (Dilga), Didier Houssin, a ajouté que l’alimentation en stocks de masques qui est faite dans les hôpitaux l’est notamment à l’attention des professionnels de santé libéraux.

Ils peuvent renouveler leurs kits s’ils sont déjà périmés et les nouveaux médecins qui n’en ont jamais reçus peuvent s’en procurer également, a-t-il précisé.

Roselyne Bachelot a également indiqué qu’elle souhaitait compléter la formation des médecins libéraux, même si "beaucoup de choses ont déjà été faites" avec un plan national organisé par le ministère de la santé "à partir d’avril 2006" et l’envoi d’un kit d’information et de formation "à plus de 450.000 professionnels".

La ministre de la santé a enfin annoncé la mise en place prochaine d’une plateforme téléphonique qui sera spécialement dédiée aux professionnels de santé pour leur fournir des informations.

Elle a rappelé qu’ils pouvaient également en trouver sur les sites internet de l’Institut de veille sanitaire (InVS), du ministère de la santé (www.sante-sports.gouv.fr ) et sur la grippe aviaire (www.grippeaviaire.gouv.fr).

Enfin, les professionnels de santé libéraux qui sont inscrits sur le système DGS-Urgent ont reçu des informations par e-mail dès le samedi 25 avril, soit le lendemain de l’alerte lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et également le jeudi 30 avril sur la définition des cas et les modalités de prise en charge.

Une réunion au ministère de la santé avec les professionnels de santé libéraux se déroulera en outre mardi matin, et non lundi comme annoncé initialement (cf dépêche APM COMDU002).

L’attente est forte de la part des professionnels de santé libéraux, comme en témoignent les critiques rapportées dans Le Monde de dimanche-lundi.

"Nous n’avons rien reçu et on aimerait en savoir plus", explique dans le quotidien Hélène Baudry, présidente de l’Association nationale des médecins référents (Amedref).

"Certes, nous avions organisé des formations sur la grippe aviaire, mais je dispose aujourd’hui de 28 masques, et avec ça je tiens une semaine. Nous espérons un petit coup de fil de la Dass [Direction des affaires sanitaires et sociales] pour nous demander si nous aurons besoin qu’on nous envoie du personnel pour suppléer à notre secrétariat, si nous avons assez de gel hydro-alcoolique antiseptique et d’essuie mains, nous rassurer sur l’envoi prochain de masques et de lunettes, et comment faire au sujet du Tamiflu* [oseltamivir, Roche]", poursuit-elle.

De son côté l’Union généraliste a adressé une lettre ouverte à Roselyne Bachelot, indiquant, selon Le Monde, que les médecins sont dotés "d’un kit grippe aviaire périmé et n’ont même pas accès, dans la pharmacie la plus proche à une boîte d’antiviral".

LES LIBERAUX S’ORGANISENT

Dans un communiqué diffusé lundi, l’Union nationale des omnipraticiens français (Unof, branche généraliste de la Confédération des syndicats médicaux français) a appelé les autorités de santé à réactiver "les messages spécifiques et les moyens à l’adresse des professionnels de santé de proximité, et en premier, les médecins généralistes".

L’Unof estime que les généralistes "professionnels de santé de première ligne" doivent être équipés "à l’identique des personnels hospitaliers" lorsqu’ils interviennent sur un cas suspect de grippe A(H1N1).

Il appelle également à la "concordance" des messages adressés à la population et aux médecins, en souhaitant davantage de précisions sur le rôle des médecins, "leur niveau d’équipement nécessaire" et les modalités de prise en charge si les centres 15 s’avéraient débordés, alors que le recours à la visite médicale à domicile est priviligiée par les pouvoirs publics.

Par ailleurs, le syndicat de médecins généralistes MG-France a annoncé samedi la mise en place d’une "cellule d’accompagnement" destinée aux médecins généralistes.

MG-France a installé "un système de veille chargé de recueillir l’information de proximité auprès des confrères [afin] de leur diffuser des informations validées et actualisées".

Le syndicat souligne que les généralistes "répondent chaque jour à près d’un million de patients qui viennent les consulter pour obtenir des informations précises, dont des questions sur la grippe A(H1N1) et ses risques infectieux", et qu’ils sont "les mieux placés pour assurer le dépistage d’éventuels cas de cette maladie".

L’Union régionale des médecins libéraux (URML) d’Ile-de-France a également insisté samedi dans un communiqué sur la place centrale du médecin généraliste dans le dispositif de lutte contre la pandémie grippale.

"Le médecin libéral est le pilier de tout plan de lutte contre une pandémie grippale qui doit comprendre des moyens concrets pour la mise à disposition des moyens de protections des soignants libéraux et de leur environnement, le mode de distribution des antiviraux, la mise en place de campagnes d’information et d’un plan de formation des médecins libéraux, la réalisation d’un système d’information en cascade et la couverture assurantielle des professionnels exposés", souligne l’URML.

L’URML rappelle qu’elle a formé, entre septembre 2006 et septembre 2007, "plus de 12.000 professionnels de santé libéraux à la gestion de crise sanitaire grâce à son plan de lutte contre une pandémie grippale", dans le cadre de la lutte contre la grippe aviaire.

vdb/vg/san/APM polsan redaction@apmnews.com

©1989-2009 APM International.

Pour en savoir plus sur APM international et ses services rendez-vous sur le site d’APM International.


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP