En 2008


A propos des EGOS

Mis en ligne le 11-02-2008

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux constate avec une immense inquiétude que la grand messe des EGOS consacre, à ce jour, l’essentiel de sa réflexion à l’avenir de la médecine générale, négligeant totalement la médecine spécialisée libérale qui représente pourtant la moitié des médecins libéraux.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle énergiquement que la richesse et la qualité de la médecine à la Française repose autant sur la médecine générale que sur la médecine libérale, spécialisée, de proximité et de qualité.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux n’acceptera pas que la médecine spécialisée, la cardiologie libérale en particulier, soit bradée sur l’autel de la conception dogmatique du gate keeper.

Les pathologies cardiovasculaires, aux premiers rangs des pathologies chroniques, doivent faire l’objet d’une prise en charge coordonnée entre les médecins traitants et les cardiologues libéraux, véritables spécialistes « traitants » des patients instables.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux s’alarme sur le modèle proposé « de pôles pluridisciplinaires de santé » qui privilégient médecins généralistes et paramédicaux, reproduisant ainsi l’ancien modèle britannique qui n’a pas fait franchement la preuve de son efficacité. Ce modèle ne devra être impérativement réservé qu’aux zones déficitaires.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle énergiquement le rôle des cardiologues libéraux traitants dans la prise en charge à tous les niveaux des maladies cardiovasculaires : prévention, traitements en phases aigües, éducation thérapeutique et prévention secondaire, aussi efficaces pour prévenir les récidives que le traitement de la phase aigüe.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux demande solennellement au Gouvernement et à Madame la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports de prendre en compte la spécificité de l’exercice des cardiologues libéraux dans la tenue de ces Etats Généraux.

Paris, le 31 janvier 2008

du Docteur Jean-François THEBAUT, Président.


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP